Le gratin de macaroni veggie

Voilà déjà trois hiver que ce plat nous régale ! De la « confort food » à son maximum mais riche en fibres et en protéines végétales. Il fallait donc vraiment partager cette super recette de Sarah B. !

Gratin de Macaroni Vegan.jpg

Ingrédients pour 1 bon gros plat à gratin:
1 courge butternut (environ 1kg)
250 g de haricots blanc (1 boite)
340 g de macaroni (ici sans gluten)
130g de graines de tournesol
4 gousses d’ail
2 c. à s. de ghee (beurre clarifié)
45 g de flocons de levure + 2 c. à s.
1 c. à c. de moutarde
3 c. à c. paprika
2 c. à c. de curcuma
2 c. à s. table d’huile d’olive
1 c. à c. de vinaigre de pomme
500 à 750 ml de lait végétal (ici du lait d’amande)
Sel

Préchauffer le four à 200 ° C. Épluchez et cubez la courge butternut, épluchez les gousses d’ail et placez tout sur une plaque à pâtisserie avec 1 cuillère à soupe de ghee fondu. Bien mélanger et mettre dans le four pour faire cuire (environ 20-25 minutes).
Pendant que la courge rôtie, faire le crumble de tournesol : dans un robot mixer les graines de tournesol avec 2 cuillères à soupe de flocon de levure, 1 cuillère à café de paprika et une autre de curcuma, plus 1 cuillère à soupe de ghee. Assaisonner avec une pincée de sel et mettre de côté.
Une fois la courge et l’ail rôtis, mixer le tout avec les haricots blancs, 45 gr de levure en flocon, la moutarde, le vinaigre, les épices et l’huile d’olive. Ajouter le lait jusqu’à ce que le mélange soit lisse, crémeux, entre purée et velouté.
Cuire les pâtes d’après les instructions sur l’emballage. Les égoutter, les arroser d’un peu d’huile d’olive, mélanger et réserver au chaud.
Dans un plat à gratin, verser la sauce sur les pâtes. Saupoudrer généreusement le dessus avec le crumble de tournesol. Cuire jusqu’à ce que le tout soit chaud et doré, environ 20 minutes. Servir chaud.

 

Bol d’abondance japonisant

Bol d'abondance japonais.jpg

Si l’on voulait être très japonais, il faudrait présenter chaque éléments isolément dans de la vaisselle savamment choisie, mais… Il fait chaud, la flemme s’installe et un seul bol c’est pratique !
Ce bol de fin d’été se compose de riz (en dessous), d’avocat, de tofu, d’umeboshi, de salade de concombre au shiso, de graines de sésames et de deux recettes additives que je vais m’empresser de vous donner : les shiitake réhydratés et les aubergines marinées (mushi-nasu).

Aubergines marinées :
2 belles aubergines 
4 c. à s. de sauce soja 
1 c.à s. de vinaigre de riz 
1 c.à s. d’huile de sésame grillé
1 gousse d’ail finement haché
1 c. à c. de gingembre finement haché

Couper les aubergines en petits morceaux et les faire cuire à la vapeur 8 min (dans la version traditionnelle, on coupe de petites aubergines simplement en deux et on strie la peau). Mélanger dans un bol tous les autres ingrédients. Déposer les aubergines dans un récipient creux, puis verser par dessus l’assaisonnement il faut qu’elles absorbent le plus de marinade possible. On peut servir ce plat chaud ou froid. Pour la deuxième option, laisser refroidir, couvrir et mettre quelques heures au réfrigérateur.

Shiitake réhydratés :
20 gr de shittake séchés
6 verres d’eau
3 c. à s. de sucre complet
3 c. à s. de sauce soja

Faire tremper les shiitake dans une une casserole, avec 6 verres d’eau et 1 cuillère à soupe de sucre complet durant au moins 2h. Au bout de ce laps de temps, faire monter l’eau et les shiitake à ébullition, puis laisser cuire à feu doux et frémissement jusqu’à diminution de l’eau de moitié (ça m’a pris 20/30 minutes environ). Ensuite, ajouter 2 cuillère de sucre complet et laisser cuire 10/15 minutes. Ajouter 1 cuillère 1/2 de sauce soja et laisser cuire encore 10/15 minutes. Recommencer l’opération une deuxième fois. Lorsqu’il n’y a presque plus d’eau tourner avec une cuillère en bois. Il ne doit plus y avoir d’eau à la fin et les shiitake doivent être brillants.
Mettre les champignons dans une boite hermétique et manger dans la semaine. On peut les servir entier, ou coupé en morceaux.

Nota :Cette recette demande d’avoir un peu de temps devant soit, mais avec 20 gr on en a pour plusieurs repas. Les Shiitaké rehydratés sont paradoxalement plus riche en nutriments que les frais !! Alors on ne s’en prive surtout pas !!

Gaspacho vert

Gaspatcho vert.jpg

Cela fait pas mal d’années maintenant que je fais cette recette de gaspacho vert… Trouvé à l’époque dans un Elle à Table et adapté par la suite aux contenu des placards, c’est carrément devenu un incontournable de l’été depuis que j’ai un extracteur de jus ! Maintenant pour celles et ceux qui n’auraient pas cet appareil miracle, avec un mixer ou un blender, rassurer vous ça marche aussi très bien. Le résultat sera plus épais mais tout aussi bon (*^ ^*) !

Ingrédients pour 2 bols :
1 beau concombre
4/5 belles feuilles de basilic
1 gousse d’ail 
1 tomate coeur de boeuf (moyenne)
10 olives vertes dénoyautés
1 c. à c. de câpres
1 yaourt de brebis brassé
15 gr de graines de tournesol
2 c. à c. d’huile d’olive
Sel, poivre, piment d’espelette au goût

Peler et dégermer la gousse d’ail. Ensuite, la blanchir 3 mn dans l’eau bouillante. Laver et  détailler la tomate en petits dés, réserver. Tailler les olives en rondelles, réserver. Laver et sécher les feuilles de basilic.
Avec un mixer ou un blender : peler, épépiner et mixer finement le concombre avec le basilic et l’ail blanchi et réservé. Faire ensuite griller à sec les graines de tournesol dans une poêle. Server le gaspacho dans le bol et déposer ensuite par dessus, le yaourt, quelques dès de tomates, des olives, quelques câpres, et les graines de tournesol dorées. Terminer avec un peu de sel et de piment, et un filet d’huile d’olive et servir.
Avec l’extracteur de jus : mettre le concombre lavé et coupé en morceau, le basilic et l’ail directement dans la machine et réservé. Dans deux bols, déposer un peu de yaourt, déposer quelques dès de tomates, des olives, quelques câpres, et les graines de tournesol dorées. Saler priver, ajouter un peu de piment, et un petit filet d’huile d’olive. Poser les bols sur la table et servir le gaspacho de concombre délicatement sur les côtés, comme au resto… Effet « boeuf » garanti !

 

Chips de Kale

Chips de Kale.jpg

C’est pas une nouveauté et on peut les acheter déjà toutes faites mais c’est simplisme à faire, toujours très bon et apprécié lors d’apéro (-_^) !
Nota : Techniquement, le kale n’est plus de saison car nous sommes en mai (pleine saison = septembre à avril), mais mon maraîcher bio préféré propose en ce moment le kale sous forme de jeunes pousses (il les a plantés en mars-avril), et elles sont par leurs tailles justement idéales pour faire des chips.

Pour un grand bol de chips :
300 g de feuilles de kale 

1 cm de gingembre frais
1 grosse gousse d’ail
1 c. à c. de curcuma frais ou en poudre
1 c. à s. d’huile d’olive  
1 c. à c. de jus de citron
Sel

Laver les feuilles de chou puis bien les sécher avec un torchon propre. Plus c’est « sec », plus on diminue le temps de cuisson (lors de la plaine saison, il faudra prévoir de couper les côtes au couteau, et de déchirer les feuilles en morceaux). Dans un saladier, mélanger l’huile, la pulpe de gingembre râpé, l’ail dégermé et écrasé, le curcuma et le sel et y placer le kale. Masser chaque feuille avec les doigts pour bien les imprégner de matière grasse. Disposer en suite sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en évitant qu’elles se chevauchent. Faire sécher les chips au four à 100°C et faire cuire pendant 25/30 minutes environ, en retournant les chips aux 2/3 de la cuisson. Cette cuisson permet de préserver les minéraux et la plupart des vitamines (dont la A, très concentrée dans le kale) lorsqu’on a pas de deshydratateur. Pour garantir des chips croquantes, il suffit de glisser une cuillère en bois dans l’ouverture du four pour laisser la vapeur s’échapper. Le mieux est de profiter d’un four déjà chaud, et de faire ses chips après la cuisson d’un gâteau ou d’une tarte…

 

Pesto printanier au Chlorella

Pesto au chlorella.jpg

Depuis cet hiver j’ai découvert que le pesto pouvait être fait avec autre chose que du basilic et des pignons de pin, et ça a révolutionné mes pâtes !! Bon, et puis il fallait bien qu’une recette de pesto au chlorella finisse par arriver ce blog… Voilà qui est fait avec ce pesto riche en omega 3, vitamines, minéraux en tout genre et vert printemps grâce à la chlorophylle de tous les éléments qui la composent  (-_^) !

Pour un pot de pesto :
50 gr de feuilles fraîches, ici un mélange de jeunes pousses de Kale et de Moutarde
50 gr de graines de courges
2 c. à c. de chlorella en poudre

1 petit aillet* frais (qu’on peut remplacer par une gousse d’ail)
30 gr d’huile d’olive
Sel

Commencer par laver les feuilles fraîches, ici un mélange de jeunes pousses de Kale et de Moutarde, que l’on peut remplacer par d’autres jeunes pousses en fonction des saisons : Roquette, Kale, Coriandre, Basilic, etc.
Mettre les jeunes pousses séchées dans un bol mixer, et les émincer. Ajouter les graines de courges, que l’on peut remplacer par d’autres graines oléagineuses en fonction de ce qu’on a dans les placards : Graines de tournesol, pignons de pin, noix de cajou, etc.
Mixer le tout. Ajouter l’aillet* préalablement émincé, la poudre de chlorella, le sel et l’huile d’olive. Mixer encore et utiliser sur le champs dans des pâtes avec un peu de parmesan, de feta ou tout autre fromages en fonction des envies, et conserver le reste quelques jours au frigo dans un pot en verre.
Un dernier petit truc qui a lui aussi révolutionné mes pâtes : ne pas oublier de diluer le pesto avec un peu d’eau de cuisson avant de verser les pâtes !!

* L’aillet est une jeune pousse d’ail d’environ 20 cm de haut qui ressemble à un mini poireau et dont le bulbe n’est pas encore formée.

 

Houmous de Betterave

Houmous de Betterave

Et que fait-on avec les betteraves dont on a pris le jus pour colorer nos oeufs de Pâques ?  Ben du houmous pardi !
Depuis l’été dernier j’en fais de plus en plus régulièrement car nous sommes adepte des tartines pour accompagner soupe ou salade le soir. C’est aussi très sympa à l’apéro avec des crackers maison, et ça amène beaucoup de couleurs sur la table (^ ^).

Pour un gros bol de houmous :
2 betteraves moyennes cuites, pelées et refroidies
1 c.à s. de tahini (pâte de sésame blanc)
1 gousse d’ail
1 c.à s. d’huile d’olive
1/2 de jus de citron 
1 pincée de sel

Couper les betteraves en morceaux et les mettre dans le bol d’un mixeur. Ajoutez le tahini, l’ail qu’on aura préalablement légèrement blanchi, l’huile d’olive, le jus de citron, et le sel, et mixer jusqu’à ce que ce soit complètement lisse. Et voilà c’est fini ! Servir avec des crackers, des tranches de pain grillées, ou par petite touche dans un « veggie bol« . Par coquetterie, on peut comme ici, ajouter quelques graines d’alfafa germées, ou un peu de persil pour la couleur…

L’incroyable curry de betterave !

Curry de betterave
Lorsque, sur mon blog fétiche, j’ai lu cette recette pour la première fois, si je n’avais pas eu tous les ingrédients, sans exception, dans mes placards, ben je serai sûrement passée à côté, et s’eût été dommage (*^-^*) ! La liste des ingrédients peu paraitre un peu longue, mais il y a juste beaucoup d’épices : c’est un curry ! En réalité, le plus compliqué pour moi fut de couper en bâtonnets les betteraves (-_^) !
Voici donc le Sri Lankan Beetroot curry and Kale mallung de Sarah Britton, légèrement adapté et en VF :

Ingrédients pour 4 personnes/bols :
Pour le curry de betterave :
2 betteraves crues, coupées en bâtonnets  
1 gros oignon, haché finement
3 gousses d’ail, hachés finement
1 c. à c. huile de noix de coco
2 c. à c. graines de moutarde 
1 c. à c. de graines de coriandre
1 c. à c. de curry en poudre
1 c. à c. de curcuma

1 pincé de piments en poudre
1 c. à c. de cannelle en poudre
1 c. à c. de sel
400 ml de lait de coco 
1 jus de citron 
1 grosse poignée de coriandre fraiche
Pour le « mallung » de Kale :
45 gr de noix de coco desséchée

125ml d’eau de coco 
2 feuilles de kale
1 petit oignon rouge, haché finement
1 c. à c. cumin en poudre
1 c. à c. de sel

Commencer par mélanger la noix de coco desséchée et de l’eau de noix de coco dans un petit bol et laisser tremper pendant environ 30 minutes.
Dans une grande casserole faire fondre l’huile de noix de coco. Ajouter les graines de moutarde, la coriandre en grains préalablement concassées, le curry, le piment et la cannelle. Bien mélanger et faire cuire pendant une minute jusqu’à ce que ça sente bon. Ajouter l’oignon et faire cuire jusqu’à ce qu’il soit translucide. Ajouter l’ail, les betteraves et le lait de coco, porter à frémissement, puis réduire le feu et couvrir. Il faut s’assurer que le liquide ne monte jamais à ébullition ce qui ferait cailler le lait de coco. Faire cuire une quinzaine de minutes à feu très doux, jusqu’à ce que les betteraves soient tendres.
Pendant que le curry de betterave cuit, laver le kale, retirez les côtes et l’émincer grossièrement puis réserver. Dans une casserole, sur feu moyen, mettre quelques cuillères à soupe d’eau de coco et ajouter les oignons, le sel et le cumin. Remuer souvent, jusqu’à ce que l’oignon ramollisse. Au bout de quelques minutes, ajouter le chou frisé et le mélange  eau/noix de coco, remuer pour enrober et couvrir rapidement avec un couvercle afin que le chou cuise. Au bout d’une minute le chou est prêt. Retirer du feu et arroser d’un trait de citron.
Pour servir le curry, laver et hacher grossièrement la coriandre, arroser le curry de betterave d’un trait de jus de citron, mélanger et ajouter plus de sel pour équilibrer les saveurs. Ajouter la coriandre et servir immédiatement sur du riz avec le mallung de kale.