Velouté de choux-fleur au Tahini

veloute-de-choux-fleur-au-tahini

Froid ! Ici, partout… Voilà de quoi se réchauffer avec ce velouté couleur du temps et tout doux (*^ ^*) !
Sinon, ce blog a un ans… J’ai pas vu 2016 passer, mais puisque c’est aussi la saison des voeux « Happy 2017 » !

Ingrédients pour 3/4 bols :
1 petit choux-fleur
1/2 cube de bouillon de légume
2 c. à s. de Tahini
1/2 c. à c. de noix de muscade moulue
1 pincée de sel (ici de sel fumé, renforcer le côté soupe d’hiver)
Jus de citron
Huile d’olive
Ciboulette (ou persil, cerfeuil, …)

Laver et détailler le choux-fleur, couvrir d’eau, rajouter le bouillon et faire cuire une vingtaine de minute à petit frémissement.
Lorsque le choux-fleur est cuit, le mixer avec un peu de bouillon de cuisson, le tahini, la noix de muscade et le sel. Rajouter du bouillon au fur et à mesure jusqu’à une consistance souhaité (moi j’aime bien entre velouté et purée liquide…). Servir chaud dans des bols avec quelques goutes de citrons, un filet d’huile d’olive et de la ciboulette. Idéalement à déguster au coin du feu… Sinon, à côté d’un radiateur (-_^) !

 

Publicités

Le gratin de macaroni veggie

Voilà déjà trois hiver que ce plat nous régale ! De la « confort food » à son maximum mais riche en fibres et en protéines végétales. Il fallait donc vraiment partager cette super recette de Sarah B. !

Gratin de Macaroni Vegan.jpg

Ingrédients pour 1 bon gros plat à gratin:
1 courge butternut (environ 1kg)
250 g de haricots blanc (1 boite)
340 g de macaroni (ici sans gluten)
130g de graines de tournesol
4 gousses d’ail
2 c. à s. de ghee (beurre clarifié)
45 g de flocons de levure + 2 c. à s.
1 c. à c. de moutarde
3 c. à c. paprika
2 c. à c. de curcuma
2 c. à s. table d’huile d’olive
1 c. à c. de vinaigre de pomme
500 à 750 ml de lait végétal (ici du lait d’amande)
Sel

Préchauffer le four à 200 ° C. Épluchez et cubez la courge butternut, épluchez les gousses d’ail et placez tout sur une plaque à pâtisserie avec 1 cuillère à soupe de ghee fondu. Bien mélanger et mettre dans le four pour faire cuire (environ 20-25 minutes).
Pendant que la courge rôtie, faire le crumble de tournesol : dans un robot mixer les graines de tournesol avec 2 cuillères à soupe de flocon de levure, 1 cuillère à café de paprika et une autre de curcuma, plus 1 cuillère à soupe de ghee. Assaisonner avec une pincée de sel et mettre de côté.
Une fois la courge et l’ail rôtis, mixer le tout avec les haricots blancs, 45 gr de levure en flocon, la moutarde, le vinaigre, les épices et l’huile d’olive. Ajouter le lait jusqu’à ce que le mélange soit lisse, crémeux, entre purée et velouté.
Cuire les pâtes d’après les instructions sur l’emballage. Les égoutter, les arroser d’un peu d’huile d’olive, mélanger et réserver au chaud.
Dans un plat à gratin, verser la sauce sur les pâtes. Saupoudrer généreusement le dessus avec le crumble de tournesol. Cuire jusqu’à ce que le tout soit chaud et doré, environ 20 minutes. Servir chaud.

 

Linguini à la Pomodoro et thon vegan

Sauce tomate au thon vegan.jpg

Y a des plats qui sont impossible à photographier… Celui-ci en fait parti, toute mes photos sont floues !! Pourtant je m’étais appliquée, puisque c’était la deuxième tentative (*^ ^*) !
Bon, bref, cette recette est quasi décalquée d’un de mes blogs fétiches : Green Kitchen Stories. L’auteur explique dans son post qu’en tant que végétarien, il n’est pas spécialement à la recherche de nourriture qui « imite » les protéines animales… J’abonde dans son sens, il n’y a rien qui m’énerve plus que la fausse « boucherie » vegan… Pourtant, point de vue du goût cette recette de « thon vegan », rappelle tellement la texture et le goût de l’original que je ne vois pas comment le nommer autrement… Bon, et pi au final ce qui compte c’est que c’est bon !

Pour 4 personnes :
400gr de linguini 100% sarrasin 
Pour le « Thon » vegan

75 g de graines de tournesol 
1 petite échalote
3 c. à s. de câpres 
1 c. à s. de jus de citron
1 c. à s. d’huile d’olive 
Sel 
Pour la Sauce Pomodoro (=sauce tomate et basilic)
1 oignon
2 gousses d’ail
2 c. à s. d’huile d’olive
4 belles tomates fraiches ou une boite de tomates entières (maison ou non)
1 c. à c. de curcuma

1 poignée de basilic frais 
Sel et poivre 

La veille : Faire tremper les graines de tournesol, c’est une étape importante si l’on veut obtenir la bonne texture, il vaut mieux ne pas la sauter ! Le lendemain, mettre tous les ingrédients dans un mixer jusqu’à obtenir un mélange grossier.
Pour la sauce tomate : Peler et hacher finement l’oignon et l’ail. Placez une grande casserole sur feu moyen et ajouter l’huile d’olive. Faire revenir l’oignon, l’ail et le curcuma pendant quelques minutes. Ajouter les tomates coupées en morceaux, le sel et le poivre. Porter à ébullition, réduire le feu et laisser mijoter pendant environ 30 minutes. Ajouter le basilic haché en fin de cuisson, pour ne pas perdre les arômes. Faire cuire les pâtes selon les instructions de l’emballage. Lorsque la sauce tomate est prête, ajouter les 2/3 du « thon », garder le reste pour servir. Répartir les pâtes dans 4 bols, garnir de sauce tomate, de basilic, et d’un filet d’huile d’olive (ici j’avais même rajoutés des petites tomates cerises).

Tamagoyaki (omelette japonaise)

TamagoTeriyaki.jpg

Voici une recette bien sympa, qui à toujours son petit effet, mais qui est surtout très pratique à glisser dans un bentô, pour un pique-nique ou dans un bol d’abondance (-_^) !

Ingrédient pour 1 maki (=rouleau):
4 oeufs
2 c. à s. de dashi (maison ou non) 
1 c. à s. de sauce soja
1 c. à s. de mirin
1 c. à c. de sucre (optionnel)
Huile de colza

Casser et battre les œufs dans un bol avec une fourchette. Ajouter la c. à s. de sauce soja, la c. à s. de mirin, et celle de sucre (optionnel, moi j’en mets pas, mais c’est la vrai recette…).  Mélanger le tous, et ajouter le dashi. Si on est un peu perfectionniste, on peut passer ce mélange à la passoire, pour un résultat « plus lisse », mais on peu tout à fait se passer de cette étape… Faire chauffer un peu d’huile dans une poêle à feu moyen. Mettre une petite quantité d’œufs battus dans la poêle chaude. Quand c’est presque cuit (le haut ne doit pas être complètement cuit), réserver l’omelette dans un coin de la poêle. Graisser légèrement la poêle une seconde fois à l’aide de papier absorbant, puis ajouter à nouveau une petite quantité d’œufs dans la poêle chaude. À nouveau, attendre que les œufs soient presque cuits. Commencer à rouler le premier morceau d’omelette sur le second, de façon à obtenir un petit rouleau. Répéter l’opération en veillant à graisser la poêle entre chaque couche. Continuer à faire de nouvelles couches d’omelette et à les ajouter au rouleau jusqu’à ce que toute la préparation soit utilisée. Retirer le rouleau de la poêle et le rouler assez serré dans un tapis à sushi (optionnel, si on en a pas, ça marche aussi très bien, mais c’est plus « joli » avec). Attendre que le maki d’omelette refroidisse avant de le couper en tranches de 2 cm environ.

Bon, j’avoue, c’est beaucoup plus simple avec une vidéo… Ici vous y verrez 2 versions, l’une dans une poêle rectangulaire (façon traditionnelle de faire), l’autre dans une poêle ronde (c’est comme ça que je fais)… Et puis surtout dans la deuxième version, on voit comment on peu être créatif, en ajoutant des feuilles de nori entre les couches, mais ça marche avec pleins de chose : feuilles de Shiso, ciboule, persil…

 

Chips de Kale

Chips de Kale.jpg

C’est pas une nouveauté et on peut les acheter déjà toutes faites mais c’est simplisme à faire, toujours très bon et apprécié lors d’apéro (-_^) !
Nota : Techniquement, le kale n’est plus de saison car nous sommes en mai (pleine saison = septembre à avril), mais mon maraîcher bio préféré propose en ce moment le kale sous forme de jeunes pousses (il les a plantés en mars-avril), et elles sont par leurs tailles justement idéales pour faire des chips.

Pour un grand bol de chips :
300 g de feuilles de kale 

1 cm de gingembre frais
1 grosse gousse d’ail
1 c. à c. de curcuma frais ou en poudre
1 c. à s. d’huile d’olive  
1 c. à c. de jus de citron
Sel

Laver les feuilles de chou puis bien les sécher avec un torchon propre. Plus c’est « sec », plus on diminue le temps de cuisson (lors de la plaine saison, il faudra prévoir de couper les côtes au couteau, et de déchirer les feuilles en morceaux). Dans un saladier, mélanger l’huile, la pulpe de gingembre râpé, l’ail dégermé et écrasé, le curcuma et le sel et y placer le kale. Masser chaque feuille avec les doigts pour bien les imprégner de matière grasse. Disposer en suite sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en évitant qu’elles se chevauchent. Faire sécher les chips au four à 100°C et faire cuire pendant 25/30 minutes environ, en retournant les chips aux 2/3 de la cuisson. Cette cuisson permet de préserver les minéraux et la plupart des vitamines (dont la A, très concentrée dans le kale) lorsqu’on a pas de deshydratateur. Pour garantir des chips croquantes, il suffit de glisser une cuillère en bois dans l’ouverture du four pour laisser la vapeur s’échapper. Le mieux est de profiter d’un four déjà chaud, et de faire ses chips après la cuisson d’un gâteau ou d’une tarte…

 

Soupe miso shiitake-épinard

Soupe miso shiitake-épinard

Pour une bonne soupe miso, il faut commencer par un bon dashi… Ce qui n’est pas une chose qu’on trouve facilement par ici, sauf si comme moi vous avez enfin trouvé la recette parfaite !
Ensuite il faut trouver une bonne pâte miso, ce qui là aussi n’est pas évident. Les fabricants 100% français ne sont malheureusement pas encore à la hauteur. Aussi je vous conseille vivement d’aller jeter un oeil chez Sanga Miso, dont la démanche est tous ce que ce blog souhaite valoriser (« pub » gratuite non sponsorisée, c’est juste pour vous aider à en trouver si vous le souhaitez). Sinon allez dans un magasin autour du métro Pyramide à Paris…
Une fois qu’on a tous ces bons ingrédients, rien n’est plus simple à cuisiner !

Pour 4 bols :
700 ml de dashi
100 g de jeunes feuilles d’épinard
50 gr de pâte miso
100 g de shiitake séchés
Quelques feuilles de persil (optionnel)

Faire tremper dans un peu d’eau les shiitake séchés pour qu’ils se réhydratent. Nettoyez les épinards et les couper dans le sens de la longueur en lamelles de 3 cm. Mettre le dashi, dans une casserole et faire chauffer. Une fois à ébullition, baisser le feu, ajouter les champignons et leur eau et faire cuire à feu doux une dizaine de minute. Hors de feu, dissoudre le miso puis ajoutez-y l’épinard. Faire cuire à nouveau à feu très doux 2/3 minutes et éteignez le feu juste avant l’ébullition. Si le miso bout, il perd tous ces nutriments, ce serait dommage ! En effet, la pâte miso est un tonique digestif qui stimulent la flore intestinale car les enzymes qui contribuent à sa fermentation sont les mêmes que celles qui aident à la digestion d’un repas. La choucroute japonaise, quoi ^ ^° !
Repartir la soupe dans les bols et décorer avec une ou deux feuilles de persil. Servir chaud !

 

Choux de Bruxelles aux noix

Choux de Bruxelles aux noix

Avant je n’aimais pas les choux de Bruxelles, mais c’était avant… Depuis 2 ans j’en ai régulièrement dans mon panier S.A.P. (Solidaire Avec les Payants). Peu convaincue par la cuisson à l’eau ou à la poêle, la cuisson au four fut une véritable révolution de goût et de texture, merci à Erin et son site où j’ai trouvé cette astuce !
En tous cas ça valais le coup de persévérer, déjà je ne trouvais pas si facilement des amis à qui les donner (je n’aime pas jeter), et puis ce légumes a de multiples vertus. Comme la plupart des légumes crucifères, les choux de Bruxelles sont d’excellentes sources de vitamine C (parfait en cette période de l’année), d’acide folique, de vitamine A, de potassium, de fibres, et ils contiennent même des acides gras essentiels comme les oméga-3 !  Associé aux noix de Grenoble c’est un parfait combo ^ ^*

Ingrédients pour 3 personnes :
500 gr de choux de Bruxelles bien frais
2-3 Echalotes « golden gourmet », tranchées finement
2 c. à c. d’huile d’olive
1 c. à c. de curcuma
1 c. à c. de paprika 
1 pincée de sel
1 pincée de poivre 
Une dizaine de noix de Grenoble hachées 

Préchauffer le four à 200°. Couper les extrémités puis en deux les choux de Bruxelles, en gardant les feuilles jolies qui tombent.
Mélanger les choux de Bruxelles, les feuilles volantes, et les échalotes avec l’huile d’olive, le sel et le poivre. Etaler en une seule couche sur du papier sulfurisé sur une plaque de four. Parsemer de curcuma et de paprika et cuire au four pendant une quinzaine à 20 minutes, en remuant une fois à mi-parcours. À ce moment là, on en profite pour ajouter les noix de Grenoble au mélange.
Les choux de Bruxelles sont cuits lorsqu’ils sont légèrement brunis. Selon le goût on peut rajouter un trait de citron ou de vinaigre balsamique au moment de servir.
Présenter les mini choux dans un bol (oui je suis « bol addict ») sur une polenta crémeuse ou en accompagnement dans un bol d’abondance ^ ^.
Vous verrez vous aussi maintenant vous aimerez les choux de Bruxelles !