Fattouch

Il parait qu’il fait chaud en France aussi (^_-) ! Le Fattouche ou Fatoush est une salade idéale pour ces chaudes soirées de juin.

Fattouche

Ingrédients pour 4 personnes :
1 petite botte de roquette (Jarjir en arabe)
1 dizaine de feuille de salade verte (type romaine)
1 dizaine de tomates cerises
1 dizaine de petit radis
1 concombre
4 tranches de pain rassi 
Melasse de grenade
1 c. à s. de sumac

Huile d’olive
Sel 
Menthe et Persil plat 

Laver et essorer les salades. Equeuter les herbes et les hacher grossièrement. Couper en quatre les tomates cerises, le concombre en morceaux. Couper les radis en rondelles très fines. Mettre le tout dans un grand saladier.
Préparer l’assaisonnement avec 2 c. à s. de mélasse de grenade et 4 d’huile d’olive, ajouter le sel et une c. à s. de sumac.
Pour terminer, juste avant de servir, faire revenir dans de l’huile d’olive le pain coupé en petits croutons. Mélanger et servir immédiatement !

Okra/Gombo/Bhnidi à la tomate (olives et citron confit)

On continu « l’orientalisation » chez Pesto&Chorella ! Voici une recette adaptée de “Plenty” de Yotam Ottolenghi, avec quelques modifications (=sans le côté pimenté).
 Okra-Gombo-Bhnidi à la tomate olives et citron confit
Ingrédients pour 4 personnes :

1 c. à s. d’huile d’olive
1 c. à c. de coriandre en poudre
1 c. à c. de curcuma en poudre
1 oignon rouge, haché
500 gr de tomates fraîches, coupées en petits dés
400 gr de gombo/okra frais
12 olives noires dénoyautées, coupées en deux
1 cuillère à soupe de citron confit au sel
Sel et poivre

Préchauffer le four à 200°C. Préparer les gombos/ocras en « chanfreinant » la queue du légume sans le percer (il ne faut pas que les graines s’échappent durant la cuisson). Quand le four est chaud, disposer les gombos/okras sur une plaque de cuisson, recouverte de papier sulfurisé et verser un filet d’huile d’olive. Faire rôtir pendant environ 15 minutes.
Chauffer l’huile dans une poêle. Ajouter la coriandre et le curcuma et quand cela commence à frétiller, ajouter l’oignon haché. Réduire à feu moyen et faire cuir quelques minutes, jusqu’à ce que l’oignon devienne translucide. Ajouter les tomates et une tasse d’eau et laisser mijoter pendant environ 15/20 minutes. Si ça commence à attacher, ajouter un peu d’eau, la consistance doit être d’une sauce épaisse.

A ce moment, les gombos/okras doivent être cuits. Les ajouter dans la casserole, avec les olives, le citron confit finement ciselé, du sel et du poivre.
Avant de servir, on peut saupoudrer ce plat avec une cuillère à soupe d’herbes fraîches au choix. Servir en entrée avec du pain pita, ou comme ici en plat principal, accompagné de riz.

Blettes farcies comme des feuilles vigne

I’m back !! Après presque 3 mois sans cuisine je suis contente de retrouver des fourneaux (^-^) ! Cette recette je l’ai improvisée après avoir vu faire mon amie S. Avec cette recette Syrienne elle a révolutionné ma façon de cuisiner les blettes. C’est un peu limite pour la saison des blettes en Europe, mais cette recette est à garder dans les tiroirs pour le printemps !

blettes-farcies

Pour environ 15 feuilles de Blettes farcies :
15 feuilles de blettes jaunes et rouges
125 gr de riz rond
3 c. à s. d’aneth fraiche ciselée
1 c. à s. de persil plat frais ciselé
1 oignon rouge
1 tomate (optionnel en fonction de la saison)

100 ml d’huile d’olive
25 ml de jus de citron
Sel et poivre

Mettre le riz à tremper au moins 30 minutes dans de l’eau claire. Nettoyer les feuilles de blettes séparés de leurs tiges (les réserver pour un bol d’abondance par exemple). Ciseler l’oignon et les herbes, couper la tomate en petits morceaux. Égoutter le riz et mélanger le aux herbes, aux morceaux de tomate et à l’oignon ciselé. Saler, poivre au goût et ajouter un trait de jus de citron et 50 ml d’huile d’olive. Mélanger.
Commencer le façonnage des petits rouleaux. Pour celles ou ceux qui ont déjà fait des nems ou des rouleaux de printemps c’est à peu près la même technique…
Étaler les feuilles sur une surface plane, côté nervure/mat vers le haut. Distribuer une  bonne cuillère à café de riz, plus ou moins grosse en fonction de la taille de la feuille, sur le centre, un peu au dessus de l’emplacement où il y avait la queue de la feuille. Rabattre sur le riz les deux parties inférieures de la feuille, puis les côtés. Pour finir rouler sur lui même et vers le haut le petit paquet de riz. Répéter l’opération jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de farce ou de feuille. Sinon voir ici.
Disposer au fond d’une grande sauteuse 2 feuilles de blettes (les plus « moches »), puis déposer dessus les rouleaux, en rangs bien serrés, en une couche, deux maximum. Arroser avec le jus de 1 citron, l’huile d’olive restante et couvrir à hauteur d’eau, pas plus. Déposer sur le tout une assiette retournée et un cailloux par dessus. Ca empêchera les rouleaux de bouger durant la cuisson. Après l’ébullition, cuire le tous à feu très doux pendant 20/30 minutes. Laisser refroidir, et déguster à température ou tiède. Les blettes farcies se conserveront une semaine au réfrigérateur.

Pizza de fin d’été

Pizza vegan de fin d'été.jpg

Depuis que je ne consomme plus de fromage de vache j’avais l’impression que je n’aurai plus jamais de réel plaisir à manger une pizza… Et puis j’ai fait un pesto de tomates séchés et appliqué sur une pâte à pain, ça à changé ma vie !!

Ingrédients pour une belle pizza :
1 pâte à pizza (maison ou non, sans gluten ou non)
Du pesto de tomates séchés
3/4 poivrons cuits et sans la peau
6/7 tomates cerises de toutes les couleurs
9 olives noires
Herbes de Provence
Huile d’olive

Pour le pesto de tomates séchés :
50 gr de tomates séchés réhydraté (faire tremper les tomates séchés la veille…)
50 gr de graines de tournesol
1 petite gousse d’ail
30 gr d’huile d’olive
Sel

Mixer plus ou moins finement tous les ingrédients pour le pesto. Etaler la pâte, tartiner de pesto, repartir des morceaux de poivrons, les tomates cerises coupées en deux et les olives. Terminer par un filet d’huile d’olive et de quelques herbes séchés, de Provence,  de thym, ou comme ici de fleurs de basilic anis. Enfourner à 180°C pour 30/35 minutes, et hop on n’en fait qu’une bouchée !

Nota: le truc pour les poivrons, les enfourner quelques minutes dans un four très chaud et faire griller la peau. Sortir les poivrons du four et les mettre dans un contenant hermétique pour les laisser refroidir. Ensuite la peau s’enlève toute seule (-_^) !

Bol d’abondance japonisant

Bol d'abondance japonais.jpg

Si l’on voulait être très japonais, il faudrait présenter chaque éléments isolément dans de la vaisselle savamment choisie, mais… Il fait chaud, la flemme s’installe et un seul bol c’est pratique !
Ce bol de fin d’été se compose de riz (en dessous), d’avocat, de tofu, d’umeboshi, de salade de concombre au shiso, de graines de sésames et de deux recettes additives que je vais m’empresser de vous donner : les shiitake réhydratés et les aubergines marinées (mushi-nasu).

Aubergines marinées :
2 belles aubergines 
4 c. à s. de sauce soja 
1 c.à s. de vinaigre de riz 
1 c.à s. d’huile de sésame grillé
1 gousse d’ail finement haché
1 c. à c. de gingembre finement haché

Couper les aubergines en petits morceaux et les faire cuire à la vapeur 8 min (dans la version traditionnelle, on coupe de petites aubergines simplement en deux et on strie la peau). Mélanger dans un bol tous les autres ingrédients. Déposer les aubergines dans un récipient creux, puis verser par dessus l’assaisonnement il faut qu’elles absorbent le plus de marinade possible. On peut servir ce plat chaud ou froid. Pour la deuxième option, laisser refroidir, couvrir et mettre quelques heures au réfrigérateur.

Shiitake réhydratés :
20 gr de shittake séchés
6 verres d’eau
3 c. à s. de sucre complet
3 c. à s. de sauce soja

Faire tremper les shiitake dans une une casserole, avec 6 verres d’eau et 1 cuillère à soupe de sucre complet durant au moins 2h. Au bout de ce laps de temps, faire monter l’eau et les shiitake à ébullition, puis laisser cuire à feu doux et frémissement jusqu’à diminution de l’eau de moitié (ça m’a pris 20/30 minutes environ). Ensuite, ajouter 2 cuillère de sucre complet et laisser cuire 10/15 minutes. Ajouter 1 cuillère 1/2 de sauce soja et laisser cuire encore 10/15 minutes. Recommencer l’opération une deuxième fois. Lorsqu’il n’y a presque plus d’eau tourner avec une cuillère en bois. Il ne doit plus y avoir d’eau à la fin et les shiitake doivent être brillants.
Mettre les champignons dans une boite hermétique et manger dans la semaine. On peut les servir entier, ou coupé en morceaux.

Nota :Cette recette demande d’avoir un peu de temps devant soit, mais avec 20 gr on en a pour plusieurs repas. Les Shiitaké rehydratés sont paradoxalement plus riche en nutriments que les frais !! Alors on ne s’en prive surtout pas !!

Linguini à la Pomodoro et thon vegan

Sauce tomate au thon vegan.jpg

Y a des plats qui sont impossible à photographier… Celui-ci en fait parti, toute mes photos sont floues !! Pourtant je m’étais appliquée, puisque c’était la deuxième tentative (*^ ^*) !
Bon, bref, cette recette est quasi décalquée d’un de mes blogs fétiches : Green Kitchen Stories. L’auteur explique dans son post qu’en tant que végétarien, il n’est pas spécialement à la recherche de nourriture qui « imite » les protéines animales… J’abonde dans son sens, il n’y a rien qui m’énerve plus que la fausse « boucherie » vegan… Pourtant, point de vue du goût cette recette de « thon vegan », rappelle tellement la texture et le goût de l’original que je ne vois pas comment le nommer autrement… Bon, et pi au final ce qui compte c’est que c’est bon !

Pour 4 personnes :
400gr de linguini 100% sarrasin 
Pour le « Thon » vegan

75 g de graines de tournesol 
1 petite échalote
3 c. à s. de câpres 
1 c. à s. de jus de citron
1 c. à s. d’huile d’olive 
Sel 
Pour la Sauce Pomodoro (=sauce tomate et basilic)
1 oignon
2 gousses d’ail
2 c. à s. d’huile d’olive
4 belles tomates fraiches ou une boite de tomates entières (maison ou non)
1 c. à c. de curcuma

1 poignée de basilic frais 
Sel et poivre 

La veille : Faire tremper les graines de tournesol, c’est une étape importante si l’on veut obtenir la bonne texture, il vaut mieux ne pas la sauter ! Le lendemain, mettre tous les ingrédients dans un mixer jusqu’à obtenir un mélange grossier.
Pour la sauce tomate : Peler et hacher finement l’oignon et l’ail. Placez une grande casserole sur feu moyen et ajouter l’huile d’olive. Faire revenir l’oignon, l’ail et le curcuma pendant quelques minutes. Ajouter les tomates coupées en morceaux, le sel et le poivre. Porter à ébullition, réduire le feu et laisser mijoter pendant environ 30 minutes. Ajouter le basilic haché en fin de cuisson, pour ne pas perdre les arômes. Faire cuire les pâtes selon les instructions de l’emballage. Lorsque la sauce tomate est prête, ajouter les 2/3 du « thon », garder le reste pour servir. Répartir les pâtes dans 4 bols, garnir de sauce tomate, de basilic, et d’un filet d’huile d’olive (ici j’avais même rajoutés des petites tomates cerises).

Crumble choco-abricot

Crumble choco-abricots.jpg

Adapté à partir de la recette de crumble de Valerie Cupillard dans Bio, bon gourmand, c’est à essayer d’urgence ! Ce sera LE dessert de cet été 2016 !

Ingrédient pour 4 personnes :
30 gr de ghee
30 gr de purée d’amande blanche
80 gr de farine de petit épeautre
50 gr de sucre de canne blond
20 gr de poudre de cacao (sans sucre)
10/12 abricots

3 c. à s. de sucre de canne blond
1 c. à c. de jus de citron
Huile d’olive
A servir avec un sorbet coco (optionnel)

Préchauffer le four à 180°C. Huiler légèrement un plat de cuisson. Laver et dénoyauter les abricots, puis les couper en petits morceaux directement dans le plat. Ajouter 3 cuillères à soupe de sucre de canne blond, un trait de jus de citron et laisser mariner quelques minutes.
Mixer tous les autres ingrédients ensemble, jusqu’a obtention d’une texture de sable humide. Repartir la pâte à crumble sur les abricots et enfourner pour 30/35 minutes. Déguster encore tiède avec une boule de sorbet coco !
En version « chic j’ai du monde ce soir » , on peut aussi préparer ce crumble en portion individuel dans des petits ramequins.